Archive pour août 2010

Eloge arable d’Israël: Par Ahmed Al-Baghdadi

Mercredi 25 août 2010

Nous avons récemment pris connaissance d’un texte, sur Israël, dont on trouvera l’essentiel ci-après. 

« Dans ce pays, le peuple souverain élit ses dirigeants. Le peuple et les ministres peuvent demander, le retrait, de leur président, sans être poursuivis. C’est le seul pays où les rapports d’enquête, de l’Etat, sont soumis au peuple. C’est le seul pays, qui destitue son président, pour cause de harcèlement sexuel. C’est un pays où personne, n’a été jeté en prison, pour avoir exercé, son droit, à la liberté d’expression. C’est un pays où l’Etat, maintient les universités, à un niveau académique élevé. C’est un pays où les courants religieux, ne déterminent pas, l’idéologie. C’est un pays où tout citoyen, même le président, doit déclarer, la provenance de l’argent. C’est le seul pays où les dépenses, encourues par les Palestiniens, sont prises en charge par l’Etat ». 

 

Vous pensez sans doute, comme je l’ai pensé moi-même, que ce texte, a été écrit, par un sioniste, par un ami inconditionnel d’Israël ou par un Israélien tout simplement. Et bien non, cet article a été écrit, le 8 mai 2007, dans le quotidien koweïtien Al-Siyassa, par Ahmed Al-Baghdadi, écrivain et professeur de sciences politiques à l’université du Koweït. 

 

Dans son article, Ahmed Bagdadi ajoute : « Nous aurions désiré la même chose envers nous, mais en tant qu’Arabes, nous n’avons pas le courage pour cela ».

 

Ahmed Baghdadi a été condamné, à une peine, qui le réduit au silence pour trois années. Menacé de mort, il envisage de quitter le Koweït après  la fin de sa peine en janvier 2010.

 

Remarque Collectif Arabes Pour Israël

Nous remercions Ahmed Al-Baghdadi au nom de tous les miens ! Vous  êtes un exemple à suivre, puisse D. Vous protéger et vous bénir comme il se doit ! Cordialement. 

Faisons comme les Israéliens…Par Nadia Alyouni

Mercredi 25 août 2010

Lu dans  Courrier International N° 1016, page 40,  un article d’une Palestinienne (en Autriche !), Nadia Alyouni 

Coupés du reste du monde, les Palestiniens entretiennent un rapport narcissique avec les pays étrangers. Tout ce qui pourrait venir de l’extérieur est frappé de tabou. Au lieu de s’ouvrir à l’idée d’Etat moderne tel qu’il a été développé partout, ils se bercent d’illusions et se rassurent par des mystifications. Dans une grande partie de leurs élites, l’idée de construire des institutions en vue d’un futur Etat provoque comme une crainte superstitieuse. Il est difficile de savoir si ce refus d’affronter la modernité s’explique par l’archaïsme de leur société – qui se cramponne à des structures claniques et tribales – ou par le fait qu’ils n’ont pas compris quel était le véritable but de la lutte nationale. 

L’identité d’un peuple ne se construit pas sur des vœux pieux, des slogans belliqueux ou des discours creux sur la résistance, ni sur l’acharnement verbal contre l’occupant qu’on charge de tous les maux. La sociologie moderne a au contraire montré que la cohésion d’une société reposait essentiellement sur l’Etat. La tâche d’en jeter les bases incombe aux Palestiniens. Ce n’est pas Israël qui va le faire à notre place. 

La persistance de valeurs tribales dans notre société préétatique constitue le principal danger pour l’avenir. Porteuses de divisions et de violences, elles font encore plus de ravages que l’occupation. Qui plus est, l’échec total de la deuxième Intifada [2000-2007], qui reposait sur de telles valeurs rétrogrades, a montré qu’elles ne permettent pas de parvenir à l’indépendance, contrairement à ce que certains prétendaient. Il y en a qui disent qu’il faut d’abord chasser l’occupant, mais ce discours cache surtout leur absence de vision. 

Depuis le début du xxe siècle, quand
la Palestine était encore sous mandat britannique, les sionistes se sont appliqués à jeter les bases de leur Etat dans tous les domaines – social, économique, politique, culturel, etc. Au lieu d’en rester à des slogans sur le retour en Terre promise, ils se sont saisis de la possibilité d’organiser leur autonomie accordée par la puissance mandataire aux Juifs comme aux Arabes.

Dès 1920, ils ont organisé des élections pour élire une instance administrative autonome. A partir de là, partout où il y avait une présence juive, ils ont créé un réseau d’institutions éducatives, sanitaires, religieuses et sociales. Dès les années 1920 également, ils ont fondé l’Agence juive, chargée de les représenter au niveau international, ainsi que le syndicat Histadrout afin d’améliorer la condition ouvrière. Parlons également de la renaissance culturelle juive de ces années-là, du développement de la musique, de la danse et de la littérature en hébreu, ainsi que de la création d’écoles, d’universités, de théâtres et de musées. 

Ils ont rencontré beaucoup d’obstacles sur la voie de l’édification de leur Etat, à commencer par le mandat britannique et les affrontements permanents avec les Palestiniens, qui n’ont manqué aucune occasion de les attaquer. Mais ils ne se sont pas laissé abattre et n’ont pas relâché leurs efforts. Venus de pays développés, ils savaient qu’un Etat n’est pas seulement le résultat de la lutte armée, mais aussi l’aboutissement d’un long processus d’élaboration. 

Il faut que nous cessions de nous faire des illusions sur ce que nous pesons réellement. Nous montrons des muscles qui n’impressionnent personne. Car le fait est que nous vivons à 80 % de l’aide étrangère et que nous n’avons aucun moyen de contraindre les pays donateurs à nous aider encore, surtout si nous bombons le torse et nous posons en combattants de la résistance. Cette résistance a été élevée au rang de vache sacrée. Nous faisons de la résistance pour la résistance, alors même qu’elle a prouvé son inefficacité à vaincre l’ennemi. Le recours permanent à l’excuse de l’occupation pour expliquer nos échecs inhibe les capacités des Palestiniens à améliorer le quotidien et se donner des perspectives d’avenir. » 

Remarque Collectif Arabes Pour Israël

 

Belles paroles, mais hélas ils ne sauront jamais faire comme les juifs d’une part, parce que leur cause est fausse et qu’ils ne combattent pas pour une terre qui leur appartiendrait. D’autre part, nous le savons depuis notre Père Abraham, quand il a dit à Eleézer et Ismaël «  restez ici, avec (ou comme l’âne) donc ils pourront toujours immiter  les juifs mais jamais les égaler. » 

 

Dr. Tawfik Hamid : Il faut avouer en toute honnêteté qu’Israël est le seul phare de démocratie.

Mercredi 25 août 2010

Dr. Tawfik Hamid, écrivain et universitaire égyptien, parle  du fond de son  Cœur comme  Musulman éclairé. 

 

 

Je suis né de religion Musulmane, mais je suis Chrétien d’Esprit et Juif de Cœur. Je suis surtout un être humain, opposé au fondamentalisme de l’Islam…

 

Après les nombreuses attaques terroristes de certains de mes coreligionnaires à travers le monde, après de nombreux actes de violence perpétrés par des islamistes dans de nombreux pays, je me sens responsable comme être humain et comme Musulman de parler et de dire la vérité pour protéger mes concitoyens du monde d’une catastrophe à venir, une guerre de civilisations.

 

J’admets que l’enseignement actuel prodigué dans nos écoles et dans nos mosquées crée la violence et la haine contre les non-Musulmans. Nous autres Musulmans nous avons besoin de changer notre perception du monde. A ce jour, nous acceptons la polygamie, les raclées données aux femmes par les hommes et le meurtre de ceux qui quittent notre religion, par apostasie.

 

Nous n’avons jamais eu de principes affirmés et clairs contre l’esclavage ou les guerres, contre le prosélytisme et la conversion forcée à l’Islam des non croyants, contre la taxe obligatoire de ceux qui se soumettent à notre religion (jizia). Nous demandons sans cesse aux autres de respecter notre religion, alors qu’en permanence nous maudissons à haute voix les non Musulmans, lors de nos prières le vendredi à la mosquée.

 

Quel message transmettons-nous à nos enfants quand nous appelons les Juifs « descendants de porcs et de singes » ? Est-ce un message d’amour et de paix, ou un message de haine ? 

 

Je suis allé dans des églises et dans des synagogues et là on prie pour les Musulmans. Alors que nous n’arrêtons pas de les maudire et que nous enseignons à nos futures générations de les appeler « des infidèles » et de les haïr. 

 

Dans un réflexe de soumission, nous sautons sur toute occasion pour défendre le prophète Mohamed, quand quelqu’un l’accuse d’avoir été pédophile. Mais en même temps, nous sommes fiers de cette histoire racontée dans nos livres saints où il épouse Aïsha, une gamine de 7 ans, alors qu’il avait plus de 50 ans. 

 

Je suis triste de dire que parmi nous, nombreux étaient ceux qui se sont réjouis après les attentats du 11/9, et après d’autres attaques terroristes. Les Musulmans dénoncent ces attaques devant les medias, mais ils les tolèrent, voire ils sympathisent avec la cause de la terreur. 

Jusqu’à ce jour, les hautes autorités religieuses de notre foi n’ont jamais émis un jugement religieux ou « fatwa » condamnant Ben Laden comme apostat. A l’opposé un écrivain comme Salman Roushdie a été déclaré apostat  » qu’on doit tuer », selon la loi religieuse ou sharia’h, parce que dans un de ses livres il critiquait l’Islam.

 

Des Musulmans manifestent pour avoir plus de contraintes religieuses comme en France, lorsqu’ils se sont opposés à l’interdiction du hijab, alors qu’ils ne le font pas avec autant de passion et en aussi grands nombres, quand il s’agit de condamner la terreur. C’est notre silence absolu contre les terroristes qui leur donne tant d’énergie pour continuer.

 

Nous Musulmans, nous devons aussi cesser de blâmer les autres ou le conflit arabo-israélien pour nos problèmes. Il faut avouer en toute honnêteté qu’Israël est le seul phare de démocratie, de civilisation et de droits de l’homme dans tout le Moyen Orient.

 

Nous avons chassé nos Juifs (0,9 million) sans aucune compensation ou miséricorde de la plupart des pays arabes qui sont devenus « judenrein » (vides de Juifs), alors qu’Israël a accepté plus de 1,3 million d’Arabes comme citoyens Israéliens à part entière, ayant les droits de tout être humain.

 

En Israël, la femme ne peut être légalement battue par un homme et toute personne peut changer de foi, sans crainte d’être tuée pour apostasie. Or ceci n’est pas le cas dans le monde islamique. Je reconnais que les Palestiniens souffrent, mais leurs souffrances sont dues à la corruption de leurs dirigeants et ne sont pas le fait d’Israël.

D’ailleurs, on ne voit pas d’Arabes quitter Israël pour aller vivre dans un pays arabe, alors que des milliers de Palestiniens vont travailler avec bonheur chez l’ »ennemi » israélien. S’ils étaient vraiment maltraités, continueraient-ils à aller travailler là-bas ?

 

Nous, Musulmans, nous devons reconnaître nos problèmes pour y faire face. C’est à cette condition là que nous pourrons commencer une nouvelle époque, en harmonie avec le monde entier. Nos dirigeants religieux doivent s’opposer clairement et fermement à la polygamie, la pédophilie, l’esclavage, le meurtre de ceux qui quittent l’Islam, ils doivent condamner les hommes qui frappent leur femme et les Musulmans qui déclarent des guerres contre les non Musulmans pour répandre l’Islam. Alors seulement, nous pourrons avoir le droit de demander aux autres de respecter notre religion.

 

Le temps est venu d’arrêter notre hypocrisie et de dire ouvertement « Nous Musulmans, nous devons changer ».

Dr. Tawfik Hamid, écrivain et universitaire égyptien

Source :http://kabyles.net/Du-fond-du-coeur-d-un-musulman.html

NE BLAMEZ PAS ISRAEL POUR LES ECHECS ARABES : Par Salim Mansour, journaliste et chroniqueur.

Mercredi 25 août 2010

La dimension intervient en géopolitique et c’est même extrêmement important. 

Comprendre ce simple fait permettrait de mieux appréhender la situation d’un petit pays et d’avoir un minimum d’empathie pour lui, surtout si on trouve à toutes ses frontières des puissances hostiles. 

Ce simple fait échappe aux gens qui vivent dans des pays aux dimensions continentales, avec de grands espaces sans âme qui vive, — comme le Canada, les Etats-Unis,la Russie, l’Australie ou même l’Union Européenne – et, aussi ironique que cela soit, ces gens parfois montrent un certain chauvinisme, reflet des dimensions de leur pays. 

Le fait qu’Israël soit minuscule sur le plan territorial et le fait que cela accentue la profondeur de sa vulnérabilité n’échappe guère au visiteur de ce pays. 

Assis à la terrasse d’un café en bord de mer à Tel Aviv, je me souviens comment cette ville ainsi que Haifa étaient les cibles des Scud de Saddam Hussein lors de la Guerre du Golfe en 1991. Sur une carte, Israël est un simple point au milieu de l’océan arabe. Pourtant cet état minuscule est rendu responsable de tous les problèmes du Moyen Orient par tous les bigots antisionistes; il est également rendu responsable de l’incapacité de la culture arabo-musulmane à faire face aux défis du monde moderne ! 

  

Considérez ceci: à l’exclusion de la Turquie et de l’Iran, pays musulmans, le monde arabe comprend 22 pays s’étendant de l’Atlantique au Golfe persique, avec un total de 13 millions de km2 et une population de 350 millions d’habitants. En superficie seule la Russie dépasse le monde arabe avec 17 millions km2. 

Israël a moins de 22 000 km2 (soit à peine 3 fois la ville de New York) et 7,5 millions d’habitants dont 20% sont arabes! L’énorme disparité de ces données d’espace et de démographie devrait objectivement dissiper les âneries qui planent dans le monde que les Arabes sont les « victimes » d’une lutte coloniale, et les Juifs sont un peuple colonisateur. 

La disparité entre Israéliens et Arabes est à l’inverse celle d’un peuple libre qui a accompli énormément pour l’humanité, comparé à la triste réalité d’un monde arabe, à la queue de l’index de l’Onu quant au développement humain, malgré l’importance de ses ressources disponibles. Mais comme d’habitude, là aussi les Arabes, les Musulmans et leurs défenseurs blâmeront Israël pour la faillite collective du monde arabe. 

Comme si la détresse des Palestiniens, dits « occupés » par Israël, explique les guerres civiles entre Soudanais ou les tueries du Darfour, ou les massacres sauvages en Algérie, ou la longue liste d’atrocités, de diverses oppressions, d’humiliation des minorités religieuses, de guerres, de dictatures militaires et la longue liste sans fin de la violence et du meurtre au nom de l’Islam, à travers le monde arabe. 

  

Il est simplement absurde de tenir les Israéliens responsables du disfonctionnement total du système du monde arabe. Et les Palestiniens font partie intégrale de cet univers en disfonctionnement, au plus haut point, comme leur politique le montre; et personne n’ose parler de ces problèmes de peur d’être dénoncé comme « politiquement incorrect ». 

  

Israël est un tout petit pays rempli de gens de talent. Leur histoire est un cadeau au monde arabo-musulman, comme le dit le Coran clairement, si seulement les Arabes et les Musulmans parviennent à les comprendre. 

Toronto , Canada,Sunday-  21/08/10 

Source : http://www.torontosun.com/comment/columnists/salim_mansur/2010/08/20/15091106.html 

Remarque Collectif Arabes Pour Israël

Comme toujours et depuis des lustres, la Haine et la jalousie des Juifs ante les esprits arabo-muslmans. C’est la haine et la jalousie, qui règnent dans le coeur de tous ces  gens  qui sont contre les juifs et Israël, qui sont les plus grands savants? Les plus grands médecins ? Philosophes ? Artistes peintres ? etc etc… 

Comme ces abrutis n’ont rien d’autre à faire pour entretenir la foi de peuples irresponsables qui se sont plongés eux-mêmes dans la misère, l’inculture, le ressentiment, ils utilisent Israël comme exutoire et pour faire oublier à quel point la société musulmane a échoué sur tous les plans. Un pays démocratique, aussi petit soit-il, au milieu de pays théocratique, c’est dérangeant…surtout quand l’idée des islamistes intégristes est d’islamiser le monde…