• Accueil
  • > Non classé
  • > Israël : Un bouc-émissaire pour nos fautes par Ali Ahmad Al-Baghli, ancien ministre du Pétrole, Koweït

Israël : Un bouc-émissaire pour nos fautes par Ali Ahmad Al-Baghli, ancien ministre du Pétrole, Koweït

Extraits de la presse arabe présentés afin de faire connaître au public les  courants politiques libéraux et modérés au Moyen-Orient | 

Il y a soixante ans, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a rendu la décision de créer Israël et de diviser la Palestine en deux, une partie pour les Palestiniens et l’autre pour les Juifs. Plusieurs décennies plus tard, les pays arabes sont encore opposés à cette décision en raison de leur conviction que la Palestine ne devrait appartenir qu’aux Palestiniens – à l’instar des revendications d’Abdel Nasser [1], d’Al-Shuqairi [2] et d’Arafat dans le passé. Les Arabes ont perdu une guerre de six jours qui a débuté le Juin 5 1967, se sont retirés à leurs frontières et ont rejeté la décision de distribuer les terres palestiniennes en 1948. Ils ont tous pleuré la perte de terres en Cisjordanie, au Golan et dans le Sinaï.

Les Palestiniens et les Arabes organisent ces jours-ci des fêtes pour célébrer ce qu’ils appellent une « calamité », alors que les Juifs se réjouissent de la construction et du développement. Nous célébrons des calamités !

Je me suis senti abattu en me rendant compte que 60 ans se sont écoulés et que rien ne s’est passé pendant ces jours de gloire. D’autres régions du monde ont atteint le sommet du développement, en particulier au 20e et 21e siècles, mais les Arabes n’ont rien accompli car nous étions occupés à nous blâmer les uns les autres pour les choses négatives qui surviennent autour de nous. Nous croyions tous que certains partis complotent à notre encontre. Selon le Saint Coran, nous sommes la meilleure nation créée pour les hommes. Certains d’entre nous vivent encore les jours magnifiques des sixième et septième siècles, à l’époque où les musulmans ont été chassés d’Andalousie.

Nous blâmons souvent Israël pour notre incapacité à nous développer. Imaginons qu’Israël ne soit pas dans la région. Serions-nous alors comme la Malaisie,l’Indonésie, l’Inde ou la Turquie ? Je ne le crois pas. Il est tellement absurde d’imaginer une pareille chose, non pas à cause d’Israël, mais en raison de notre tendance à opposer le développement et toute nouveauté.

Par exemple, l’Afrique du Nord ne devrait pas souffrir car elle est loin d’Israël. Les pays dans cette partie du monde réunissent toutes les conditions favorables au développement, en plus de leur proximité avec l’Europe, où les pays sont développés et avancés. Toutefois, il n’y a ni démocratie, ni développement dans les pays arabes d’Afrique du Nord. Pourquoi ? Ces nations blâment les colonies européennes pour leur échec. En d’autres termes, si nous n’avions pas Israël comme bouc-émissaire, nous inventerions quelqu’un d’autre à blâmer pour nos problèmes.

Source: The Arab Times, 29 mai, 2008 

[1] Gamal Abdel Nasser, président d’Égypte, 1954-1970

[2] Ahmad al-Shuqairi, premier président de l’Organisation de Libération de
la Palestine, 1964-1967

Remarque du Collectif Arabes Pour Israël 

Nous pouvons ajouter aussi que les gouvernants arabes sont des hypocrites invétérés, sans le moindre principe. D’un côté, ces leaders égocentriques, soi-disant “modérés”, supplient en catimini les Israéliens de les aider à endiguer la déferlante islamiste, qui est en train de déstabiliser leurs régimes politiques ultraconservateurs et pourris jusqu’à la moelle, et, d’un autre côté, ils demandent aux intellectuels dans leurs pays respectifs de boycotter Israël  le  seul pays démocratique au Proche Orient. 

Ce sont les musulmans du monde entier, en Europe, au Canada, aux USA qui devraient dénoncer cela mais pour le dénoncer, il faut SAVOIR….Or, il semblerait que les gens ignorent tout de ce qui se passe vraiment au Moyen-Orient… 

Laisser un commentaire