• Accueil
  • > Non classé
  • > Anina, palestinienne réfugiée en France, témoigne de l’horreur du Hamas

Anina, palestinienne réfugiée en France, témoigne de l’horreur du Hamas

Sur France Info : Anina, ingénieure palestinienne réfugiée en France, a parlée  du Hamas. France info a recueilli le témoignage d’Anina, une palestinienne réfugiée en France. Elle est ingénieure et jusqu 2008, elle vivait dans la bande de Gaza. Selon elle, le véritable coupable reste le Hamas dans ce désastre humain. C’est le genre de point de vue qui n’est pas diffusé, et qui met en lumière la frustration  des palestiniens envers le mouvement intégriste. 

Anina : C’est vrai, des civils, des enfants, des femmes tombent à Gaza. C’est parce qu’Israël bombarde les Palestiniens. Mais aussi il faut revenir sur la cause. Pourquoi Israël a bombardé les Palestiniens, ou pourquoi ça se passe de cette façon-là.

Moi je tiens, en étant palestinienne, moi je tiens responsable le Hamas. Parce que c’est le Hamas qui a refusé la trêve après le 19 décembre 2008. C’est le Hamas qui utilise les civils comme boucliers humain. Ils utilisent les régions les plus peuplées pour lancer leurs roquettes. Ils font ce qu’ils veulent ! Ils lancent des roquettes et les civils meurent à leur place.

L’explosion qui s’est passée à l’école à Jabaliya : les hommes étaient là et les gens sont sortis pour demander aux militants de Hamas de foutre le camp. Dans la cité où j’habitais, ils sont venus devant le bâtiment. Ils ont lancé deux roquettes et j’ai perdu deux voisins et j’en ai une centaine qui semblent blessés jusqu’à maintenant.

France info : Vous voulez dire que la Hamas lance des roquettes d’endroits où il y a des civils et des enfants ?

Anina : Oui.

France Info : …en sachant que les bombardements israéliens vont faire des victimes parmi cette population ?

Anina : Oui. Les gens n’ont pas le droit de dire non à Hamas, parce que Hamas va les faire payer très cher après l’incursion israélienne. Hamas ne représente pas toute
la Palestine. Moi j’étais très touchée de voir qu’il y a une solidarité internationale pour manifester en ce qui concerne ce qui se passe actuellement à Gaza. Mais j’étais aussi désolée parce qu’il y avait un ou deux drapeaux palestiniens et le reste c’était des drapeaux du Hamas.
Et les gens doivent comprendre que vous êtes en train de soutenir le Hamas. Il faut soutenir les Palestiniens parce que le Hamas ce n’est pas la Palestine. Ça c’est premièrement. Et deuxièmement, c’est tout ce que vous êtes en train de voir comme aide humanitaire. Les sympathisants et les membres du Hamas bénéficient de cette aide humanitaire et jusqu’à maintenant, je connais des gens qui n’ont même pas de farine, même pas du pain. Ça fait deux jours ou trois jours qu’ils n’ont rien mangé. Parce qu’ils ne sont pas du Hamas, tout simplement. Vous n’êtes pas partie du Hamas, vous n’avez pas le droit à l’aide humanitaire…

 Remarque du Collectif  Nous tenons  à féliciter cette brave femme pour sa clarté .Ce témoignage est à  poster à tous ceux qui accompagnaient les vociférateurs de haine antisémite, de brûleurs de drapeau d’Israël, de brandisseurs de drapeaux armés et à tous les politiciens qui  défilent en  Europe en compagnie des islamo-fachistes.  Nous soutenons cette femme courageuse par des prières ferventes car elle a  pris un risque énorme en répondant à cette interview et ce qu’elle dit est tellement vrai ! 

C’es la Parole d’une palestinienne libre .Il nous  semble que les médias donnent fort peu la parole à ces Palestiniens-là, ceux qui refusent le fanatisme, la culture de mort, ceux, laïques par tradition, qui refusent la main mise d’un mouvement religieux sur leur vie. Politiquement incorrecte, la parole d’Anina est  enfin libre. Elle peut parler car elle n’est plus sous la coupe du Hamas. Réfugiée en France, elle n’hésite pas à dénoncer la tyrannie du Hamas sur la population de Gaza. Elle parle pour d’autres qui ne peuvent rien dire sous peine de mort.

Laisser un commentaire