• Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Archive pour décembre 2008

Le mensonge d’un « blocus  » sur Gaza par Sami El Soudi

Dimanche 21 décembre 2008

A propos du soi-disant blocus israélien de la bande de Gaza, voici ce qu’en pense un journaliste palestinien, Sami El Soudi, qui s’exprime sur Metula News Agency (l’extrait ci-après est un peu long ; cependant, non seulement je vous en recommande chaudement la lecture ; mais je vous invite à le conserver et à l’envoyer aux médias qui sept jours sur sept intoxiquent leurs lecteurs avec le purée de soi-disant blocus de Gaza) :

 

« En réalité, selon tous les standards en vigueur à l’Ouest, les observateurs doivent reconnaître qu’Israël a parfaitement respecté sa part des engagements, ne réagissant, encore avec une retenue certaine, que lorsque l’intensité des attaques contre son territoire exigeait des mesures de rétorsion. Pour ceux qui auraient perdu la mémoire, il faut rappeler que les points de passage israéliens étaient grands ouverts, au début de l’application de l’accord, et qu’y transitaient librement tous les objets de consommation qui ne servent pas à la fabrication d’armement.  Le gouvernement de Jérusalem a commencé à imposer des restrictions sur le trafic des marchandises lorsque les tirs de roquettes et de mortiers ? Qui n’avaient jamais cessé en dépit de la Taadyé ? (ndmg : la trêve), dirigés contre les populations civiles dont il a la charge, prenaient des proportions qui lui étaient insupportables. Encore que souvent, durant les six derniers mois, les Israéliens se sont abstenus de réagir pendant plusieurs jours, alors que les bombes s’abattaient sur le pourtour de la Bande.    

J’ai eu l’occasion de me trouver dans cette région avec mon camarade Ilan Tsadik lors de telles périodes, et suis ainsi en mesure de vous assurer que la population du Néguev occidental critiquait vivement son armée pour son inaction. D’autre part, il est factuellement erroné de prétendre qu’Israël impose actuellement un blocus de la bande côtière. Ce, pour la raison qu’il ne contrôle pas l’entièreté de la frontière du Califat autoproclamé, puisque l’Egypte dispose d’une quinzaine de kilomètres de ladite frontière. Or le pays arabe des pharaons adopte une attitude identique à celle d’Israël face aux intégristes de Gaza. Si l’on entend parler de blocus, il faut au moins mentionner le siège instauré par l’Etat hébreu et par celui présidé par Hosni Moubarak. Ce dernier étant parfaitement libre de son attitude face au régime d’Hanya (ndmg : le chef du Hamas à Gaza) et ses miliciens.

 Mais depuis la mi-novembre, ce ne sont pas moins d’une centaine de Qassam et un nombre équivalent de mortiers que les islamistes ont tirés sur les habitants de Sdérot et sur les communautés collectivistes de la région limitrophe, n’épargnant pas la zone industrielle de la grande ville d’Ashkelon, qui leur fournit pourtant la partie prépondérante de l’électricité qu’ils consomment. Depuis cette période et jusqu’à ce jour, l’armée de l’air des Hébreux n’a mené que cinq raids, tous dirigés exclusivement contre les tireurs d’engins en pleine action ».

Le Monde Arabe gaspille toutes ses ressources sur la question de la “Palestine” par Mash’al Al-Sudairi

Vendredi 12 décembre 2008

Un chroniqueur saoudien, dans un accès de lucidité très rare, écrit dans le quotidien arabe, « Al-Sharq Al-Awsat », de Londres, que les Arabes ont perdu leur temps et beaucoup d’argent à essayer de détruire l’État juif (1).

« Il y a plus de six décennies… que nous [nous sommes mis] à ne parler de rien d’autre que de la Palestine… Et cela a épuisé toutes nos ressources, toutes nos capacités, tout notre temps et toute notre liberté ».

« Nous avons commencé à tergiverser il y a plus de six décennies, quand nous [nous sommes mis à ne parler de rien d’autre que de la Palestine et à ne nous intéresser qu’à la cause palestinienne, ce qui a épuisé toutes nos ressources, toutes nos capacités, tout notre temps et toute notre liberté. Dans le même temps, nous nous préoccupions des coups d’Etat qui se produisaient ici ou là, des meurtres, des arrestations, des détentions et des expulsions qui avaient lieu ici ou là, et des guerres civiles, des réunions au sommet, des transactions d’armes, des équipées, des conférences, des accusations, et des allégations de trahison proférées ici ou là. »

Dans son article traduit en anglais, Mash’al Al-Sudairi écrit que bien que l’occupation «juive» d’une partie de la Palestine constitue «une grande oppression», les Arabes ont une habitude de s’auto infliger des coups «par leur opposition à la re-création de l’État juif d’Israël».

«Lorsque, au début des années 1930, on nous a offert 80 % de la Palestine, alors qu’il n’était offert aux Juifs que 20 %, nous avons rejeté l’offre. A la fin des années 1940, on nous a offert 49 % de la Palestine, 51 % aux Juifs, et nous avons rejeté cette [offre] », écrit Al-Sudairi.

Il critique ensuite le monde arabe qui épuise toutes ses ressources sur la question de la “Palestine” et gaspille tant d’argent et de temps. « Je suis certain, [et je suis prêt] à parier et même à jurer, par Allah, si seulement 10 % de l’argent que les pays arabes ont investi dans l’armement de leurs armées au cours de cette lutte futile [contre Israël] avaient été investis dans ce qui restait de la Palestine et de son peuple, la Cisjordanie et la bande de Gaza bénéfécirait désormais d’un niveau de vie supérieur à celui de Singapour  » a t-il ajouté.

Al-Sudairi commente également l’occupation de trois îles du Golfe Persique [par l’Iran]. «Avec tous les bouleversements liés à la question palestinienne, nous avons complètement oublié que d’autres pays arabes ont été dépouillés d’une parties de leurs territoires, en plein jour, et nous n’avons jamais prononcé un mot de protestation », a noté le chroniqueur saoudien ».

A la lumière de la tension entre les Etats du Golfe et l’Iran, suite à la prise de contrôle [iranienne] des trois îles des Emirats Arabes Unis dans le Golfe Persique (la grande et la petite Tunb, et Abu Moussa), le chroniqueur du quotidien londonien, Al-Sharq Al-Awsat, Mash’al Al-Sudairi, critique l’obsession du monde arabe pour la question palestinienne , et son indifférence à l’égard de l’occupation des territoires arabes – par exemple, la prise de contrôle turque de l’île syrienne d’Alexandrette.

« D’autres pays arabes ont été spoliés de certaines parties de leurs territoires… Et nous n’avons pas émis une parole de protestation » dit-t-il. « De plus, avec tout le tintamarre fait autour de la question palestinienne, nous avons complètement oublié que d’autres pays arabes ont été spoliés de certaines parties de leurs territoires, au vu et au su de tous, et nous n’avons pas pipé mot pour protester ».ajoute le chroniqueur arabe. » Al-Sudairi  pose des questions cruciales que les arabes ne posent  « Avons-nous oublié Alexandrette et comment, après la Première Guerre mondiale, la France s’est alliée à la Turquie, et que l’une et l’autre ont ridiculisé la Société des Nations et  que l’Alexandrette, dont la population était arabe à 95%, a été soustraite aux Arabes et annexée à la Turquie ? .La même chose est arrivée à l’Emirat de Al-Muhammara, l’ancien Arabistan, que la Grande-Bretagne offrit à l’Iran sur un « plateau de pétrole ». Et à présent, l’Iran occupe les îles qui appartiennent aux Emirats Arabes Unis, exactement comme ce fut le cas à l’époque du Shah. Vous, les Arabes, que faites-vous pour ces territoires occupés ? Serait-ce qu’il est permis à un musulman d’occuper la terre de son frère [musulman] ?… Dans ces circonstances malheureuses, je voudrais demander à « [celui qui a remporté] la divine victoire », [le chef du Hezbollah] Hassan Nasrallah : Comment appelez-vous le Golfe – le « Golfe Arabe », ou le « Golfe Persique » ? Qui a la souveraineté légitime sur les trois îles Appartiennent-elles aux Emirats Arabes Unis, ou à la République islamique d’Iran ? ».

(1) Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 15 septembre 2008.Source Israel National News, traduction Bivouac-id. http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/128750