Témoignage d’un ancien terroriste palestinien (Walid Shoebat)

Nous découvrons ici un témoignage d’un ancien terroriste, Walid Shoebat,  qui a exposé son parcours devant une foule d’étudiant – juifs pour la plupart – à l’Université de Toronto, le 22 juillet 2008.  En absolue contradiction avec les chants de l’OLP qu’il récitait en grandissant, avec des mots comme, « aiguise mes os en glaive et fais de ma chair des cocktails molotofs, » Shoebat, qui a maintenant 44 ans, chante une mélodie totalement différente.

 La visite de Walid Shoebat à l’Université de Toronto, avec Tovia Singer de la Radio Nationale d’Israël, était le dernier effort de l’ancien terroriste au nom de sa dernière cause : Israël et le peuple Juif. Shoebat a raconté son extraordinaire voyage sur les ondes et devant des spectateurs à travers l’Amérique du Nord,encourageant les gens « Levez-vous et sentez le danger avant que les islamistes  réussissent à mettre en application leur  programme de Jihad dans le monde entier. »  Né en 1960 de père musulman et de mère chrétienne américaine, Walid grandit principalement dans le village de Beit Sahour, près de Bethlehem. Ses parents se rencontrèrent pendant que son père étudiait aux État Unis, ils se marièrent et retournèrent à Beit Sahour qui était sous contrôle Jordanien, l’année de la naissance de Walid. Une fois sur place, son père confisquât le passeport de sa mère et l’empêcha de partir. Après une brève période en Arabie Saoudite, les Shoebat déménagèrent à Jéricho, où le jeune Walid fut enrôlé dans une école dirigée par des jordaniens. « La première chose que nous y apprenions en grandissant était de haïr les Juifs, » raconte Walid. « Je n’oublierai jamais le premier chant que j’y ai appris : les Arabes nos bien-aimés et les Juifs nos chiens. Je me demandais toujours qui étaient les Juifs, mais je répétais les mots avec les autres enfants sans savoir leur signification. » 

Rapidement après la Guerre de 6 Jours son père l’envoya dans une école à Bethlehem « où je grandit dans la foi de l’Islam, dans laquelle je fus nourri avec l’idée qu’un jour l’accomplissement d’une ancienne prophétie de Mohammed, prophète musulman, viendra, » raconte Shoebat . « La prophétie prédit une bataille dans laquelle
la Terre Sainte sera reprise et que l’élimination des Juifs se fera via un massacre massif et que le jour du jugement n’arrivera pas avant que les Arabes aient vaincu les Juifs à Jérusalem et dans les nations alentours
. » …Peu de temps s’était écoulé avant que l’éducation de Walid ne l’entraîne à être mêlé à divers actes de terrorisme. 

Ça n’a pas mis longtemps avant que Walid ne soit initié dans le groupe terroriste du Fatah de Yasser Arafat. « Je fus recruté par un gars nommé Mahmoud Abu-Amr, de Jérusalem » raconte Walid. « Je l’ai rencontré à Mont du Temple à Jérusalem où il m’a donné un engin explosif vraiment sophistiqué qu’il avait créé. La bombe – une charge explosive cachée dans du pain – était destinée à une succursale de la ‘Leumi Banque’ à Béthlehem. 

Walid racontait que « Nous étions passé en fraude au Mont du Temple – avec des explosifs et un minuteur à la main, afin d’éviter les contrôles. Je suis allé à un arrêt de bus afin de prendre un bus pour Bethlehem, entièrement prêt à donner ma vie s’il le fallait« . Malgré cela, il avait eu un moment d’incertitude. « À la dernière minute j’aperçus des enfants marcher au alentour de la banque et décidais: ‘c’est ridicule’. Je la jetais sur un toit tout près. » Walid dit qu’il n’était pas motivé par le nationalisme ou par le désir d’autodétermination autant qu’il l’était par son éducation Islamique. 

« Je n’étais pas seulement un terroriste, mais j’étais terrorisé par mes convictions », raconte Walid Shoebat, « depuis lors je dus acquérir assez de mérite et de bonnes actions pour aller au ciel, sans l’assurance que mes bonnes actions l’emporteraient sur les mauvaises dans la balance lorsque je serais jugé par Dieu. Il m’avait été enseigné que de mourir en combattant les Juifs adoucirait la colère d’Allah envers mes péchés et que ça me garantissait une bonne place au ciel avec des femmes aux grands yeux magnifiques pour accomplir mes désirs les plus intimes. D’une façon ou d’une autre par de réelle attaques envers les Juifs, ou si je devais être tué lors d’attentat, je gagnerai – la terreur était le seul moyen. » 

Après avoir passé de nombreux mois dans une prison Israélienne, Walid partit étudier aux États-Unis, à 18 ans il devint activiste à Chicago, en collectant des fonds pour l’OLP. « Même en vivant en Amérique – une société civilisée, si vous voulez- je n’avais toujours pas changé d’un poil de façon de penser en ce qui concernait Israël et les Juifs. » La transformation vint en 1993, lorsque fraîchement marié il essaya de convertir sa femme Catholique à l’Islam.

  »Je revendiquais que les Juifs avait corrompu la Bible et qu’ils étaient tueurs de prophète« ,  dit-il. Sa femme lui demanda de lui prouver ses revendications. Déterminé, il acheta sa première Bible afin de montrer à sa femme les contradictions et corruptions introduites en elle par les Juifs. 

En 1993   » j’ai demandé au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob de me révéler si la Bible était réellement aussi corrompue que je le pensais ou si Elle était la vérité et .  En étudiant parallèlement le Bible et le Coran, il en vint rapidement à un carrefour logique: « soit les Juifs avaient en effet changé les Écritures – parce que comment Dieu pouvait-il être du côté du peuple mauvais – ou le Coran était faux, et j’étais le méchant« , raconte Walid. « J’ai donc décidé d’examiner l’histoire des deux côtés – de peser le pour et le contre des deux parties. C’est alors que j’ai commencé à voir le lien entre le peuple Juif et leur terre. »  Doucement un changement survint chez l’ancien partisan du Jihad. 

« Après avoir lu la Bible des Hébreux, les justes guerres d’Israël – depuis les temps bibliques jusqu’à nos jours – j’ai commencé à me rendre compte« , dit Walid.   « Comment se pouvait-il que les juifs ne sont pas  les biens aimés  de Dieu  si la Guerre de 6 Jours en 1967 a donné, par la grâce divine ,  la plus grande victoire des Juifs depuis que Josué a encerclé Jéricho ? Le plus est que la victoire d’Israël – contrairement aux conquêtes Musulmanes pleines de viols de pillages et de massacres – apporta la liberté pour tous les peuples et les religions. Tout le monde – l’a vu et tout le monde s’en souvient, mais malheureusement les gens aujourd’hui refusent d’admettre la vérité de ce qu’ils voient. » 

Shoebat décida à ce sujet de se détourner du terrorisme et du Jihad. « Je réveillais ma femme et lui dis: Maria je pense que j’avais tort d’essayer de te convertir à l’Islam« . Il s’engagea sur la voie de la réconciliation, ressentant de profonds regrets pour ses actions passées ainsi que de la colère envers ceux qui l’avaient endoctriné pour les effectuer. « Je souhaitais profondément recevoir le pardon du soldat que j’avais presque tué, » dit-il à Singer.

Il se souvint avoir entendu un autre soldat l’appeler Amnon. « Je voudrais demander à Amnon de bien vouloir comprendre que je subissais un enseignement dicté par la haine qui me remplissait de haine pour les Juifs. Cela nous avait été enseigné depuis la plus tendre enfance et je ne savais rien de mieux« . 

Déterminé à faire savoir à son peuple ce qu’il savait, il commença rapidement à parler aux musulmans – leur demandant de faire face à ce que les islamistes sont et ce qu’il est devenu. Shoebat ajoute: « J’y ai grandi, j’étais dans les mosquées, aux ummahs et aux écoles religieuses. Je sais ce qui continue d’être enseigné aujourd’hui dans les manuels et par les dirigeants religieux – c’est pour cela que j’ai lancé mon défi devant ceux  qui pratiquent un Islam de terreur que l’on voit de nos jours: bon  ce n’est pas cela le vrai Islam, mais  alors qu’avez vous fait l’empêcher et dire : ce n’est pas bien? « 

  « Ce que l’Occident ne comprend pas   « , dit Shoebat à l’émission radio de Tovia Singer, « c’est que le Jihad a trois étapes. Si les islamistes  ont le dessus alors le Jihad est imposé par la force. Si les islamistes  n’ont pas le dessus alors le Jihad est réalisé par des moyens politiques et financiers. Depuis qu’il n’ont plus le dessus en Amérique et en Europe, ils parlent de paix tout en soutenant le Hamas et le Hezbollah« . 

L’Imam (le « prêtre » islamique) du comté d’Orange, en Californie, également invité au show de l’émission de Tovia, et en désaccord avec les dires de Shoebat, dit que le Jihad représente une lutte interne et non un génocide d’infidèles, ainsi qu’Oussama ben Laden l’entend. Shoebat réfuta impassiblement les revendications de l’Imam en récitant  quelques  citations classiques, dans son arabe original et le traduisant en anglais. « Il y a plus de cents citations classiques  - ce qui concerne les Jihad – Je pourrais réciter chacun d’entre eux mais ça nous prendrait toute la journée. Chacun d’entre eux se réfère spécifiquement au Jihad par le glaive, tuer et ne faire aucun prisonniers. » Walid dit que de telles revendications sont typiques des dirigeants islamistes en Amérique, et qu’elles sont naïvement avalées par les auditeurs occidentaux. 

Lorsque le journaliste  lui demanda s’il croyait que les musulmans d’Amérique adhéraient au programme du Jihad qu’il avait décrit, Shoebat apporta des précisions sur ses déclarations, « les Afghans aux U.S. et les Iraniens qui ont quitté l’Iran sont des gens particulièrement paisibles. Toutefois, les communautés de langue arabes en Amérique soutiennent vraiment Oussama ben Laden et le Hamas. »

Il cita une corrélation directe entre l’adhésion aux sources classiques  et le soutien du terrorisme. Moins ils en savent à propos de l’Islam classique plus ils sont pacifiques. Il y a  aussi des musulmans  qui rejettent les sources classiques et qui se focalisent sur les versets de paix du Coran. Mais il y’a ceux aussi  qui cherchent à dénaturer les versets parce qu’ils veulent  s’engager dans la violence. Ces prédicateurs veulent débattre avec Oussama ben Laden.  Shoebat lui même, maintenant chrétien évangélique, estime qu’il est dommage que les arabes chrétiens choisissent la théologie de la haine des juifs, alors même qu’ils subissent les persécutions et les intimidations de la majorité musulmane.

Les arabes chrétiens en Israël tiennent leur éducation de leurs dirigeants et de l’église catholique, se lamente Shobat. Ils adhèrent grosso modo à la « Théologie de Remplacement » – qui dit que Dieu va remplacer Israël par l’église catholique. Ils ont également proposé une nouvelle Théologie de Libération, réquisitionnée par le mouvement Palestinien. 

Bien que Shoebat ne mâche pas ses mots, sa transformation,  n’a pas été facile. « Mon père et ma famille me collèrent l’étiquette de traître, ils dirent que j’avais trahis ma cause, ma religion, ma culture, tout. Si l’Islam est réellement une religion de paix alors ma famille devrait me considérer comme un ami. Mon propre frère ne menacerait pas de me tuer, ma famille ne m’aurait pas confisqué mes terres et demandé que je rentre à Bethlehem. Si je ne crois plus en l’Islam, pourquoi devrais-je retourner à Bethlehem ? «  (Précisant qu’à Bethlehem les palestiniens chrétiens  soutienent  ouvertement le Hamas , donc  si Shoebat ne pourrait pas retourner, c’est aussi parce qu’il est n’est plus membre du Hamas).

Walid Shoebat  insiste sur le fait que sa soif de vérité en vaut la peine et voit cela comme sa mission de porte-parole de la paix véritable. « Je viens à vous, les juifs par amour pour votre peuple et votre Bible, pour vous dire que mon peuple a tort« , a-t-il dit à un groupe d’étudiants juifs à Berkeley. « Les arabes et les musulmans ont tort. » Bien qu’il sente que cela relève de la plus grande importance de parler à des groupes juifs pour leur dire de faire attention à ne pas abandonner une part de la terre d’Israël aux terroristes islamiques – son véritable objectif est lié avec son propre peuple. 

Shoebat déclare devant les étudiants de l’Université de Toronto  que « Mon rêve est d’aller dans les prisons où j’avais l’habitude d’être – Ramallah, Muskavit, peu importe la prison – y aller et dire: ‘Hey! Vous pouvez vivre une vie différente de celle que Yasser Arafat et Ahmed Yacine vous ont obligé à croire.’ Je veux débattre avec eux et leur dire qu’il n’y a pas 72 vierges ni aucune autres de ces âneries enseignés dans leurs écoles qui les attendent au paradis. » Signalant que dans ses apparitions dans des mosquées, synagogues et émissions de radio, Shoebat est tout à fait disposé à répondre aux questions des juifs, arabes et islamistes. Un étudiant de l’Université de Toronto lui demanda ce qu’il conseillait à Israël de faire pour mettre un terme aux agissements du Jihad contre elle. « La plupart des juifs croient à la solution d’un double état » répondit Shoebat. 

Il précise  toute fois que  » l’Etat Palestinien élaborera ses propres règles et lois pour continuer de tuer les Juifs. Il suggéra à la place  qu’Israël se lève et sente l’humus : « Nous devons retourner au status quo – l’occupation. Sous l’occupation, il y avait du travail, les gens allaient au travail et soutenaient leurs familles, et quiconque était impliqué avec le terrorisme était exilé ou emprisonné – comme dans tout les pays modernisés du monde. Je pense qu’Israël doit rester fort et se battre – démanteler le groupe islamique Hamas et retirer toutes les armes, comme c’était le cas avant. L’arrivée des armes dans la société Palestinienne par Israël (par les accords d’Oslo, Israël donna des fusils d’assaut aux forces de police d’Arafat) était un désastre et ils doivent être confisqués. » 

En réponse à une autre question à propos de la vie en Yesha (Judée, Samarie et Gaza) avant la guerre de 1967, Shoebat décrit ce qu’était la vie à Jéricho en ce temps là: « Nous ne faisions pas particulièrement attention aux règles Jordaniennes. L’enseignement de la destruction d’Israël était une partie sûre du plan, mais nous nous considérions Jordanien jusqu’à ce que les Juifs retournent à Jérusalem. Soudain nous étions Palestiniens – Ils remirent une étoile sur le drapeau Jordanien et soudainement nous avions un drapeau Palestinien« . 

Shoebat est convaincu que la guerre continuelle contre Israël n’a rien à voir avec le désir des arabes d’un état palestinien. « Jamais dans l’Histoire il n’y a eu d’état Palestinien » dit Shoebat. « Nous n’avons jamais voulu d’état palestinien – même aujourd’hui les Palestinien ne veulent pas d’état palestinien… »  « Alors que veulent-ils réellement? » demanda le journaliste Tovia Singer. « Ils veulent la destruction des juifs« , dit Shoebat. « C’est une guerre sainte. C’est dans la culture, la tradition. Arafat fait parti du bloc comme Saddam Hussein, Oussama ben Laden, Ahmed Yacine. Ce sont des gens de la même espèce, malgré quelques petites différences, ils sont de la même espèce. » 

Questionné par Singer sur ce qu’est son message pour le Peuple juif aujourd’hui, Shoebat réfléchit un moment et répondit: « Votre Dieu est un Dieu magnifique, comme votre peuple et votre terre. Tenez bon et soyez fort. Ne soyez pas effrayés par les nations du monde, par ceux qui essaient de vous affaiblir et prendre votre terre« . Après coup, mais dit dans un sentiment de grande urgence, l’ancien terroriste maintenant amoureux de Sion implora ainsi la nation d’Israël: « S’il vous plaît, reprenez le Mont du Temple« .

Note du Collectif  :

Le Collectif Arabes Pour Israël remercie Walid Shoebat pour ses sincères sentiments envers le peuple juif et Israël. Nous lui félicitons de ses positions courageuses qui reflètent une prise de conscience,  quoi que tardive, mais nécessaire  pour sauver les peuples de la régions de cette vermine islamiste. Etre membre du Hamas, c’est peut-être exaltant, mais ça doit être dur (et très dangereux) de nos jours. A part leur rêve des 73 vierges qui les attendent au paradis des chahidim, la vie ne doit pas être tendre tous les jours pour eux ! Ce brave homme a peut-être renoncé à un rêve très attrayant, mais il y gagne quand même dans l’affaire. Je lui souhaite de survivre à son choix ! 

(Walid Shoebat peut être contacté par e-mail sur theone@mail.com) 

3 Réponses à “Témoignage d’un ancien terroriste palestinien (Walid Shoebat)”

  1. giraudeau dit :

    Votre réserve confirme mon propos.

  2. giraudeau dit :

    Ces dernières lignes sont ironiques, cela n’aura pas échappé, je l’espère. En tout cas la déclaration de Walid shoebat n’a aucune modération Fin

  3. Le Quellec dit :

    Article et témoignage très intéressant donc merci.
    Je suis d’autant plus intéressée que je suis en pleine élaboration d’un mémoire qui traite de l’idéologie en rapport avec le terrorisme. Etant donné que vous avez laissé à dispositif son mail, pouvez vous me dire si Mr Shoebat parle français ? Ou Anglais ?

    Merci beaucoup

    Anais

Laisser un commentaire