• Accueil
  • > Non classé
  • > Un professeur palestinien éclate la vérité : « Les gens regrettent la période de l’occupation »

Un professeur palestinien éclate la vérité : « Les gens regrettent la période de l’occupation »

Par le professeur Sari Nusseibeh, directeur de l’université palestinienne al-Qods de Jérusalem-Est et figure du «camp de la paix». Il s’exprime à l’occasion des Soixante ans de la création de l’Etat d’Israël

« Une majorité d’israéliens, est acquise aujourd’hui à la solution de deux États, vivant côte à côte en paix. Conscient du danger existentiel que fait peser la démographie palestinienne sur Israël, le premier ministre Ehoud Olmert s’est converti à l’idée d’un État palestinien. «Le problème, c’est la synchronisation entre la prise de conscience de la société israélienne et de ses dirigeants et la réalité, affirme Sari Nusseibeh. Plus les Israéliens sont convaincus qu’il n’existe pas d’autre solution que deux États, moins cela devient réaliste à cause des faits sur le terrain.»

Issu d’une famille patricienne de Jérusalem, gardienne des clés du Saint Sépulcre, Sari Nusseibeh est né un an après l’État d’Israël. Habitant Jérusalem-Est, coupée de la partie occidentale de la ville jusqu’à la guerre des Six Jours, il a découvert Israël en 1967, après la réunification par l’État hébreu de la partie orientale. Au fil des années, sa curiosité pour son voisin lui a appris à le comprendre et à surmonter sa colère. En 2003, il a été l’auteur d’un plan de paix officieux, co-rédigé avec l’Israélien Ami Ayalon, ancien patron du Shin Bet (sûreté de l’État).

«Au lieu de nous développer en coopération avec Israël au sein du monde arabe, nous sommes écrasés par ce conflit larvé mais sanglant et interminable, qui s’accompagne d’une grande inhumanité des deux côtés, explique au Figaro le patron de l’université al-Qods. Ce n’est pas une fatalité. Aujourd’hui, Israël peut changer son destin et le nôtre

Nusseibeh, qui a été représentant de l’OLP à Jérusalem-Est au début de la seconde Intifada avant de prendre ses distances avec Yasser Arafat, estime que le temps presse. Car les Palestiniens sont de moins en moins enthousiastes à l’idée d’avoir leur État. Il juge sévèrement les erreurs de Yasser Arafat. «Il avait la volonté de construire des institutions pour jeter les bases solides d’un État palestinien. Mais il n’avait pas le savoir-faire, déplore Nusseibeh. Au lieu de construire un État, les dirigeants palestiniens se sont complus dans la corruption et ont travesti la démocratie. Je suis terrifié maintenant à l’idée d’un État palestinien. Si cela doit devenir un État du Hamas, je n’en veux pas. Ni d’un État où la corruption et le népotisme sont répandus à tous les étages, comme au sein de l’Autorité palestinienne

Comme de nombreux intellectuels palestiniens, Nusseibeh estime que les négociations en cours, qui doivent aboutir à un accord avant la fin de l’année 2008, sont la dernière chance pour un État palestinien. «Les gens regrettent l’occupation, affirme-t-il. Avant les accords d’Oslo (de 1993 sur l’autonomie palestinienne), on pouvait étudier, avoir un emploi, aller à la plage, prier à Jérusalem, circuler librement. S’ils ratent cette occasion, ce sera la fin de la solution de deux États. Les gens se rebelleront contre l’Autorité palestinienne et se battront pour un seul État avec les mêmes droits pour tous. Israël est au bord du désastre et de l’autodestruction.»

Nusseibeh veut croire qu’Ehoud Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas seront capables de «changer l’histoire». «Les deux seuls vrais obstacles sont Jérusalem et le problème des réfugiés, estime-t-il. La seule façon pour Abbas ou n’importe quel dirigeant palestinien de renoncer au droit au retour est d’obtenir une concession à Jérusalem en échange. Car en obtenant la souveraineté sur la partie orientale de la Ville Sainte, il décroche un cadeau pour l’ensemble du monde musulman. Et le seul moyen pour Olmert de faire accepter la restitution de Jérusalem-Est sera d’obtenir en échange la garantie de survie d’Israël en tant qu’État juif, grâce à l’abandon du droit au retour. S’ils ne règlent pas ces deux problèmes en un bloc, ils gâcheront l’opportunité de faire la paix.»

Une réponse à “Un professeur palestinien éclate la vérité : « Les gens regrettent la période de l’occupation »”

Laisser un commentaire